Suzanne Harel   Mes coordonnées Les recompenses Mon portfolio  
  Suzanne Harel            
 

Les réflexions de Suzanne Harel LesLes réflexions de Suzanne Harel de Suzanne

 
 

Les réflexions de Suzanne Harelsur Dieu merci !

En 2007, j'ai reçu pendant que je travaillais sur la série Laura Cadieux, un téléphone de Madame Martine Adam productrice déléguée des productions 3-2-1. Celle-çi m'alluma complètement sur ce projet original d'impro théâtrale variée, devant public, d'artistes invités qui costumés au tout dernier moment franchissaient une porte et se retrouvaient dans des décors divers avec des comédiens chevronnées les attendant. Elle me fit rencontrer les instigateurs de cette adaptation australienne. Éric Salvail, Nathalie Laberge et Jean Marc Létourneau se montrèrent aussi allumés et allumant. Donc c'est avec toutes les voiles dehors que le bateau costume pris son envol. Aucun accès au costumier d'État à cause de divergence, obligée d'aller dans le privé, la barre était haute. Heureusement avec une équipe du tonnerre, nous surmontâmes les obstacles! L'Équipe régulière imbattable! Les costumiers: Josée Boisvert, Marie-Lyne Beaulieu, ( celle-çi fût remplacée par Julie Chénard en 2008 qui fût aussi remplacée par Françoise Labelle au printemps 2009 et ensuite remplacée par Pierre Guy Lapointe à l'automne 2009. Les stylistes-acheteuses: Anouk Chénier et Julie Gaudreault, l'équipe de couture: Lison Proulx remplacée par Josée Comeau en 2008 et 2009 et Nadine Duclos, cousine lointaine de la branche acadienne et sa bonne humeur! Sans oublier Jean David Serafino « Chef » accessoiriste de costume... notre homme à toutes! Et notre petite dernière arrivée en 2008... Eve Sévigny, celle qui répond aux besoins de tout un chacun et qui patiente car un jour: « Ce sera son tour! »

Je remercie aussi les autres fidèles: Diane Paquet, Julio Mejia, Les Productions Similis, l'atelier de Couture Dominique Dubé, Nicoletta Massone et Espace Costume et Mario Davignon et FMR ainsi que Douglas chez Malabar de Toronto et tout ceux qui sont venus à un moment donné pour un épisode ou deux nous prêter mains habiles à la dernière minute.


 

Les réflexions de Suzanne Harelsur Cover Girl

Dessin de Suzanne Harel

’ai perdu mon père l’été de Cover-Girl I. Cette année là fût très difficile. Dans la première partie de l'année, nous cherchions constamment le ton de l’émission à l’intérieur d’une enveloppe budgétaire nous demandant de l’ingéniosité, mais nous permettant aussi de le réaliser. Nous étions installés dans deux endroits différents d’un bout à l’autre de la ville. Ce furent des conditions très difficiles que Pierre Guy Lapointe (mon collègue) et moi-même, avions à vivre d’un déplacement à l’autre. L’atelier de couture et la patine étaient dans mon atelier de la rue Masson et la coordonnatrice, les acheteurs, les essayages, l’entrepôt de vêtements et nos bureaux étaient avec la Production dans trois petits bureaux sentant le bacon à journée longue au-dessus d’un resto, et ce, rue St-Ambroise. Cet année là, je tiens à remercier Art Reasonover, Richard Brunet, Marie-Lyne Beaulieu pour leur suivi sur le plateau Pierre Guy Lapointe, Lison Proulx, Jean David Serafino et Karine Desmarais pour leur talent et leur patience dans l’atelier. Henri Huet pour son talent de coupeur et Guy Lemieux pour ses trouvailles ainsi que sa remplaçante Marie Claude Chayer... et finalement Manon Brodeur qui coordonnait tout ça.

Nous avons fait construire un local (rien de moins) près des bureaux de productions dans un endroit auquel personne n’aurait pensé…Un garage ! Il y faisait très chaud et je remercie les couturières d’avoir résisté à ce four. Mais cela nous avait regroupés et c’était le plus important.

L’émission coûte chère à produire et le projet ne sera pas repris une troisième année.Dommage cette série aurait pu être traduite et adapte pour l'Europe ou les États-Unis.


 

Les réflexions de Suzanne Harelsur Jack Carter

Dessin de Suzanne Harel

Un travail d'équipe passionnant et enrichissant avec le réalisateur Louis Choquette! Détermination, rigueur, créativité et contaminante gentillesse, pousse à se surpasser! Des collaborateurs en atelier jeunes et habiles, Anouk Chénier, nouvellement coordonnatrice et très efficace, Guy Lemieux, costumier acheteur imbattable, Jean David Serafino, artiste de la patine* de costumes et de la débrouillardise, Marguarita Manoukian diligente et secrète, mais oh! combien efficace comme costumière à la figuration. Andrée et Lison Proulx aux retouches des vêtements et à la coupe des populaires chemises de Jack.

Et sur le plateau de tournage avec les acteurs, tous les jours à l'aube, Art et Richard, quinze minutes avant leur appel pour dire Bonjour! Marie Ève, Angèle et Sophie de caractère sociable s'occupant de la figuration, car il y a du monde et ils ne portent pas nécessairement leurs vêtements quotidiens.

Radio-Canada a laisser tomber la suite de la série. Dommage les auteurs me faisaient rêver en me parlant des prochaines histoires de Jack. Petit pays, petits budgets, grand courage.

* Patine : vieillissement et usure des vêtements


sur Temps dur

 

« Un temps doux pour les durs ».

Une longue série tranquille avec des moyens financiers chez Cirrus, suffisant pour penser que l'on travaille presque normalement... ce qui est peu dire dans notre milieu. Une gang d'acteurs fort sympatiques en tout point.

Dessin de Suzanne Harel

     

ACCEUIL | DESSEINS | COORDONNÉES | RÉCOMPENSES | PORTFOLIO | REFLEXIONS